250 pages au format 15 x 21 cm sous couverture Rives Tradition

Avec les voix de Jacques Gamblin et Yvon Le Men,

des photographies de Gabriel Quéré

et un portrait réalisé par Pascale Guillou   

NE VIVENT HAUT QUE CEUX QUI RÊVENT

Avec Xavier GRALL

EXTRAIT

« À quoi pensé-je, Joseph Ponthus, en commençant à écrire ces mots, en janvier 2021, à l’invitation des éditions Calligrammes pour célébrer le quarantième anniversaire de la mort de Xavier Grall ? Je me sais tout autant cancérisé, métastasé, tumorisé aux intestins, au foie, aux poumons, aux os. J’ai 42 ans et ce sera peut-être mon dernier grand texte. J’avance à tâtons sur ces mots comme je marche, avec des béquilles, croyant que ce texte retardera peut-être l’échéance, comme une prière, complainte, litanie ou supplique à je ne sais quel Dieu. »

QUATRIÈME DE COUVERTURE

« Hommes de l’avenir souvenez-vous de moi », crie Apollinaire dans le dernier poème d’Alcools. 

Se souvenir de Xavier Grall, à l’occasion du quarantième anniversaire de sa disparition, c’est ce que vous entendrez dans cet ouvrage collectif. Vous entendrez aussi, en écho à la création contemporaine, une pluralité de voix singulières. L’une d’entre elles énonce, comme des stèles, les contours de sa géographie spirituelle. Une autre aborde la lecture de Solo par la notion stimulante d’« exomologèse ». Une autre fait, de l’étoffe de son nom, le porte-étendard de sa propre quête. Une autre nous convie aux « fiançailles des roses d’avec les oliviers ». Une autre lance énergiquement « son envie folle de vivre ». Une autre capte son inoubliable visage d’Indien des Andes. Une autre nous parle de son paysage (tant il est vrai que pour comprendre un poète, il faut avoir vu son pays natal). Une autre nous invite à la table de ses « Divines ».  Une autre chemine dans la forêt avec son « Barde imaginé »… 

Et puis, parmi les premiers poètes auxquels nous avons pensé, il y a Joseph Ponthus. Sa réponse, enthousiaste, fut immédiate : « la lecture de Solo (au moins six fois depuis hier) m’a littéralement bouleversé de justesse et de beauté. »Que ce recueil, sur les chemins de l’amitié, soit aussi l’occasion de lui rendre hommage.