Ne vivent haut que ceux qui rêvent – Avec Xavier Grall

Ne vivent haut que ceux qui rêvent

Martyrs de l’aube nous avons étreint la sainteté des nuits chaudes, camarades

Restons sourds aux murmures pharisiens qui nous condamnent. 

Rires et pleurs de l’Aven, Xavier Grall

 

Pour feuilleter les premières pages, cliquez sur la couverture

19,50

Catégorie :

254 pages au format 15 x 21 cm, sous couverture Rives Tradition

EAN : 978.2.8696.5201.9 / novembre 2021

SOMMAIRE :

Yvan Guillemot, De Xavier Grall à Joseph Ponthus 

Pascale Guillou, Portrait de Xavier Grall 

               « Seigneur me voici c’est moi »

Yvon Le Men, Est-ce qu’on prie quand on écrit…

Joseph Ponthus, À l’inconnue qui nous dévore

Manu Lann Huel, « Il est des soleils d’autrefois… » 

Terez Bardaine, Lettre à Xavier Grall  

               Un Indien des Andes 

Sophie G. Lucas, Si me crève la pluie 

Jean-Michel Le Boulanger, Le regard de Xavier Grall 

Philippe Chevallier, Xavier Grall, Le poète-gueule

Photographies de Gabriel Quéré 

           « Permettez que je retourne en Bretagne »

Michel Le Bris, Fils de rien, fils de roi 

Jean Lavoué, La Galilée celtique de Xavier Grall  

Alexis Gloaguen, Une glorieuse simplicité du vrai 

Pierre Tanguy, Au pays natal

Gilles Cervera, Le vent des semelles 

               « Et parlez-moi de la terre »

Laure Morali, OR lettres perdues 

Bruno Doucey, Lettre à l’inconnu dont la poésie me dévore 

Éric Poindron, Le souffle et la foi

Katia Bouchoueva, Mille et deux cris  

Stéphane Bataillon, Un coin de paradis 

                « mes Divines, je vous conjure d’admirer »

Marc Pennec, Trois chants menus 

Bénédicte Guillou, Mes Divines

Pierre Adrian, «La bibliothèque de mon père…» . 

Albane Gellé, « Xavier Grall homme-sœur… »  

Alain-Gabriel Monot, J’ai assez de ciel   

Nathalie Papin, Le poème de ma vie 

      Avec les voix de Jacques Gamblin & Yvon Le Men

Bibliographie par Annie Kerhervé  

Notices sur les auteurs  

Sources 

Informations complémentaires

Poids 0.345 kg

4e de couverture

« Hommes de l’avenir souvenez-vous de moi », crie Apollinaire dans le dernier poème d’Alcools. 

Se souvenir de Xavier Grall, à l’occasion du quarantième anniversaire de sa disparition, c’est ce que vous entendrez dans cet ouvrage collectif. Vous entendrez aussi, en écho à la création contemporaine, une pluralité de voix singulières. L’une d’entre elles dresse, comme des stèles, les contours de sa géographie spirituelle. Une autre aborde la lecture de Solo par la notion stimulante d’« exomologèse ». Une autre fait, de l’étoffe de son nom, le porte-étendard de sa propre quête. Une autre nous convie aux « fiançailles des roses d’avec les oliviers ». Une autre lance énergiquement « son envie folle de vivre ». Une autre capte son inoubliable visage d’Indien des Andes. Une autre nous parle de son paysage (tant il est vrai que pour comprendre un poète, il faut avoir vu son pays natal). Une autre nous invite à la table de ses « Divines ». Une autre chemine dans la forêt avec son « Barde imaginé »… 

Et puis, parmi les premiers poètes auxquels nous avons pensé, il y a Joseph Ponthus. Sa réponse, enthousiaste, fut immédiate : « la lecture de Solo (au moins six fois depuis hier) m’a littéralement bouleversé de justesse et de beauté. »

Que ce recueil, sur les chemins de l’amitié, soit aussi l’occasion de lui rendre hommage.

Dans la presse

À propos des auteurs